Lupanar - Boutique D'Alsace

*Qui êtes-vous ?

Nina : « Je m’appelle Nina Weiss j’ai 28ans, et je suis une optimiste nostalgique, une rêveuse avec les pieds sur terre, je suis tout et mon contraire, mais toujours entière.»
David : « Je suis un doux rêveur souvent distrait et songeur. Un brin nostalgique du XVIII siècle pour son romantisme et des années 60 pour l’effervescence musicale et l’énergie révolutionnaire qui y régnaient, je m’imagine en voyageur du temps, butinant cà et là des idées et pensées qui me semblent juste afin de nourrir mon âme et d’élargir toujours un peu plus mon champ de vision sur le Monde… »

Que faites-vous ?

David : « Je m’occupe de la partie technique avec l’élaboration des odeurs de nos bougies mais aussi de la direction artistique sur le développement de nos gammes de produits. J’aime lire, raconter et écrire des histoires ou des récits. J’ai découvert aux côtés de ma mère, que les Arts majeurs ne sont pas les seuls moyens pour décrire une pensée, une émotion ou une atmosphère. Le champ lexical du parfum me procure des sensations incomparables et intenses. La création d’une fragrance a un côté très sensuel et instinctif et je dois dire que cela me redonne vie à chaque fois !»
Nina : « Quand je n’écoute pas de la musique ou feuillette un magazine de mode ? Je m’occupe de la communication et du marketing de Lupanar et Serena Galini»

Pourquoi le nom LUPANAR ?

Nina : « On aimait ce côté sulfureux et "Old School" avec un coté cabinet de curiosités.. On savait que ca allait faire parler.. D’autant plus que nous sommes des amoureux de littératures, poésies et d’histoires. On trouvait que cela sonnait bien et englobait l’univers de mon frère et le mien, lui plutôt le lupanar et moi la poésie.»
David : « Je pense que j’ai toujours été fasciné par l’univers des maisons closes. Ces lieux où des personnes de la Haute société viennent s’encanailler avec des malfrats, où des artistes ont puisé l’inspiration sur le corps de leur préféré(e) en consommant quelques nectars hallucinatoires, où des Rois aux fantasmes inavouables ont des chambres à leurs noms et des couloirs dérobés pour y accéder et s’en échapper incognito. Je suis captivé par l’atmosphère des lieux subversifs, l’effervescence qui s’y trouve et l’énergie qui s’en dégage. En ce qui concerne le nom Lupanar en lui-même, je me suis rendu compte qu’il interpellait mes interlocuteurs à chaque fois que j’en parlais. Soit ils ne savaient pas ce que c’était, soit ils me posaient d’avantages de questions pour comprendre ce choix. Je me suis dit Bingo, si rien que le nom engendre la conversation, attendez de voir nos produits ! »

Quelles sont vos inspirations ?

David : « Elles sont diverses ! Comme je le disais plus haut, j’aime piocher çà et là des idées dans différentes cultures et domaines. Mais ce qui m’inspire par-dessus tout, ce sont les anti-héros. Je n’aime pas les personnes ou les choses lisses et conventionnelles. Et bien que les règles soient nécessaires dans une société, j’ai toujours eu du mal à m’y soumettre ou à m’accorder avec elles. Je préfère les personnalités complexes où différents niveaux de lectures sont nécessaires à la compréhension de leur univers. Ce sont ces gens qui m’inspirent.. »
Nina : « La musique, la littérature, la poésie, la mode, l’art, ma ville de Strasbourg, un levé ou couché de soleil… Je considère que tout est source d’inspiration, il faut savoir écouter, regarder, apprécier… »

Comment définiriez-vous votre univers ?

Nina : « Un mélange de beaucoup de choses comme mes inspirations, Mais toujours avec un petit coté rock. »
David : Mon univers le lundi matin est plutôt chaotique…plus sérieusement, je le définirais comme Romantico Rock’N’Roll Bohème! Je vous laisse imaginer pourquoi mes lundis matins sont souvent difficiles maintenant !

Si vous étiez une odeur, laquelle seriez-vous ?

David : « Celle du pain chaud… C’est ce qui me manque le plus quand je pars à l’étranger… Avec ma famille bien sûr ! »
Nina : « Je serais plutôt une fragrance avec un départ très frais comme les aromatiques et un fond chaud et sensuel avec de notes ambrées et boisées.. »

Pourquoi une démarche éco-responsable ?

Nina : « C’est une évidence, être soucieux de notre environnement, de préserver la planète, d’être cruelty free, ce n’était même pas une question ou une idéologie : ce fut naturel, comme de respirer. C’est précieux et vital. Pour moi, on ne peut pas s’en passer et fermer les yeux simplement. C’est une préoccupation majeure et indispensable.. »
David : « Comme le dit ma sœur, nous sommes tous responsables des conséquences de nos actes et il m’a paru indispensable d’insérer les problématiques environnementales dans le business model de notre marque. »

*texte extrait du site internet maison-lupanar.com

Laisser un commentaire